Pensons Sauvage

Potager & permaculture au jardin naturel

Mildiou de la tomate : en cas d’urgence, l’eau d’ail

| 0 Commentaires

La pluie tombe depuis une semaine – et si c’est une bonne nouvelle pour le potager, c’est un peu inquiétant pour les tomates, qui risquent une première offensive du mildiou. Bien que la maladie soit rare en début de saison, on a déjà vu des jeunes cultures ravagées en quelques jours par les souches ultra-virulentes qui se baladent sous nos latitudes depuis quelques années.

Les tomatiers ont bien sûr eu droit à leur vaporisation de potion d’ail cru, réitérée au bout de trois jours lors d’une éclaircie, d’autant plus adaptée ces jours-ci que nous avons subi des chutes de grêle. Les plants ont été blessés, ce qui ouvre autant de portes d’entrées pour les maladies…  et l’ail cru, en plus d’être fongicide, possède de belles propriétés antibactériennes et antiseptiques. Mais lorsque nous ne sommes vraiment pas tranquilles, nous ressortons la vieille recette de l’eau d’ail, adaptée à notre sauce.

Par contre, il s’agit bien d’une recette réservée aux cas d’urgence et à utiliser le plus rarement possible : en effet, comme je l’ai déjà dit ici, l’ail est un puissant fongicide, elle s’attaque également à la mycorhize, qui est essentielle à la fertilité de la terre. D’où les précautions que nous prenons lors de l’arrosage avec cette préparation. Celle-ci à un effet systémique, c’est à dire que les composants protecteurs sont absorbés par la plante et agissent donc de l’intérieur.

Notre recette en images :

Pour un litre d’eau d’ail, nous utilisons une belle tête d’ail, qui sera grossièrement épluchée et mixée. Certains conseillent de conserver la peau, mais je crains un peu pour mon vieux plongeur à soupe – et c’est bien la pulpe d’ail qui contient un maximum de principes actifs.

   

La mixture sera ensuite mélangée à un litre d’eau, de pluie ou reposée de préférence.

 

Et ensuite, pour chaque arrosoir, nous ne mettrons que 10cl de cette préparation par litre d’eau : la bouteille suffit donc pour un arrosoir de 10 litres mais nous utilisons de préférence le petit arrosoir à plantes vertes car chaque plant n’en recevra lui même que 10 à 20cl par arrosage précis au pied. Ceci pour éviter de toucher les radicelles qui se diffusent alentour en cherchant le précieux contact mycorhizien. Bref, nous jouons à fond la prudence en ce qui concerne la dilution comme l’application ^^.

 

Et dernière précaution :  penser à bien secouer la bouteille avant de verser chaque dose dans l’arrosoir car les fragments d’ail se déposent au fond, où la préparation est donc bien plus concentrée.

Vous avez le droit de copier cette page et de la republier – photos comprises – uniquement si vous avez la politesse de mettre le lien vers l’original https://pensons-sauvage.org/index.php/2017/06/30/mildiou-de-la-tomate-en-cas-durgence-leau-dail/ – et cette mention 😉

Laisser un commentaire

Champs Requis *.