Pensons Sauvage

Potager & permaculture au jardin naturel

12 septembre 2017
de Isabelle - Pensons Sauvage
0 Commentaires

Bientôt ici un billet pour faire le bilan de cet été terriblement pluvieux : les tomatiers blindés de potion à l’ail ont bien résisté même lorsque j’ai fatigué de vaporiser tous les 5 jours, ce qui est une bonne nouvelle. Il y a eu du mildiou mais il ne progressait pas – ou très difficilement – et du coup j’ai sauvé ma récolte. Bref, même dans les pires conditions (euphémisme), ça aide franchement !

Merci à Reporterre et au Jardin sans Pétrole, qui a aussi testé !

Le jardin sans pétrole revient… avec une potion magique contre le mildiou

27 juillet 2017
de Isabelle - Pensons Sauvage
0 Commentaires

Refuge du Vivant : le temps de notre responsabilité

Difficile de ne pas le voir : notre planète est actuellement entre de mauvaises mains. L’ère de l’énergie abondante a amené dans son sillage une génération inquiétante qui a fait de l’enrichissement à n’importe quel prix une quasi-valeur morale. Dans leur tête, être riche, c’est devenu le bien. Le pillage des ressources naturelles est considéré comme légitime par une partie des entreprises et de la population, à un rythme sans précédent, tout cela pour produire et vendre une quantité d’objets superflus. Et sans se soucier de priver ainsi les générations futures du nécessaire.

Au final, ils s’attaquent directement à la trame vivante du monde, en détruisant sans vergogne notre seul vaisseau commun : la Terre. Les scientifiques appellent ça la sixième extinction et elle commence déjà à nous concerner, puisque nous ne sommes qu’une des composantes de la nature qui est – on le sait maintenant – entièrement interconnectée. Ils n’ont d’ailleurs pas tort ceux qui disent que c’est surtout notre espèce qu’il s’agit de sauver : la vie a sans doute les moyens de se remettre, quand la nature nous aura fait disparaître.

Lire la suite →

30 juin 2017
de Isabelle - Pensons Sauvage
0 Commentaires

Mildiou de la tomate : en cas d’urgence, l’eau d’ail

La pluie tombe depuis une semaine – et si c’est une bonne nouvelle pour le potager, c’est un peu inquiétant pour les tomates, qui risquent une première offensive du mildiou. Bien que la maladie soit rare en début de saison, on a déjà vu des jeunes cultures ravagées en quelques jours par les souches ultra-virulentes qui se baladent sous nos latitudes depuis quelques années.

Les tomatiers ont bien sûr eu droit à leur vaporisation de potion d’ail cru, réitérée au bout de trois jours lors d’une éclaircie, d’autant plus adaptée ces jours-ci que nous avons subi des chutes de grêle. Les plants ont été blessés, ce qui ouvre autant de portes d’entrées pour les maladies…  et l’ail cru, en plus d’être fongicide, possède de belles propriétés antibactériennes et antiseptiques. Mais lorsque nous ne sommes vraiment pas tranquilles, nous ressortons la vieille recette de l’eau d’ail, adaptée à notre sauce.

Lire la suite →

26 juin 2017
de Isabelle - Pensons Sauvage
0 Commentaires

Tomates et mildiou : la météo menace, on applique la potion d’ail cru

Tout le monde est en pleine forme !

Enfin un peu de pluie : on nous promet une belle semaine humide et ça fera vraiment du bien au potager. Seul gros souci, les jeunes tomates et le possible retour du mildiou.

En fait, si on continue sur le mode des averses courtes entrecoupées de belles séquences ensoleillées et venteuses, le risque est très faible. Il faut au moins une dizaine d’heures de pluie et une ambiance globale tiède et humide pour que le mildiou puisse s’installer, à partir des feuilles qui ont du mal à sécher. Mais on va quand même ressortir la potion d’ail cru pour s’assurer que nos tomates passeront bien le cap.

Depuis que j’ai publié cette recette personnelle en février dernier, presque 8000 visiteurs sont venus la consulter, plutôt bien pour un blog débutant, merci à vous… et j’espère en conséquence que cette seconde année sera l’occasion de nombreux retours. Pour ma part, après avoir testé la surdose – et arrosé jusqu’aux fleurs – afin de m’assurer qu’il n’y aurait aucun souci de toxicité ou autre désagrément pour nos chers tomatiers, j’espère pouvoir obtenir d’aussi bons résultats en baissant le rythme des vaporisations. La productivité n’était pas mauvaise mais je pense qu’elle pourrait être encore meilleure sur des plants moins rudement testés ^^

Lire la suite →

13 juin 2017
de Isabelle - Pensons Sauvage
3 commentaires

Potager des quatre saisons : notre sélection de légumes et plantations

Voilà, ça y est, les trente-cinq pieds de tomates sont en place, les concombres et les courgettes aussi et le rythme de travail au potager sera désormais plus relax. Comme je le disais dans le billet précédent : qui veut avoir des légumes toute l’année doit turbiner sec au printemps. Ceci fait, il m’est venu à l’idée que cela pourrait être bien pratique pour vous d’avoir directement la liste complète de nos légumes et assimilés : nous avons mis quelques années à l’élaborer et j’avoue qu’au départ j’aurais bien aimé pouvoir consulter ce type d’inventaire.

En plus du potager, on continue à planter des petits fruitiers chaque année, framboises, groseilles, bleuets, etc. Et avec la sécheresse, seul un gros mulch peut les tenir confortables.

Le principe de base étant quand même de se simplifier la vie et de faire des économies, nous nous sommes fixés sur des variétés de bon caractère, faciles à réussir et bien productives. J’ajoute que le potager n’est pas gigantesque, en ôtant les allées – et sans compter la zone des petits fruitiers – il ne doit y avoir guère plus que 60/70m² de vraie bonne terre (assez) mature. Ce qui est suffisant pour des cultures en mélange et à peu près le maximum qu’une personne seule puisse bichonner de près, tranquillement, avec des pratiques type mulch et compagnie. La productivité s’ensuit, tout à fait satisfaisante. Mais les pommes de terre et les oignons, par exemple, on n’en fait qu’en petites quantités et pour le plaisir d’en avoir du jardin. Et on prend le reste à notre maraîchère : ces légumes-là sont loin d’être ruineux.

Lire la suite →

11 mai 2017
de Isabelle - Pensons Sauvage
5 commentaires

Travaux de printemps au potager des quatre saisons

J’ai délibérément laissé ce blog et notre twitter en arrière-plan pendant quelques semaines, car le jardin demandait toute mon attention. Le souci, quand on s’occupe d’un potager censé donner le plus longtemps possible dans l’année, c’est la bien période avril à début juin : les quatre cinquièmes des semis et plantations sont à faire à ce moment-là. Nous sommes à peu près à mi-chemin et il y a déjà pas mal de choses à voir.

La serre a beau être minuscule, elle donne de la salade sans discontinuer depuis fin février, grâce à la salade à couper et à l’éclaircissage des salades à pommer – ce qui permet aussi de privilégier la croissance des plus belles. J’arrose très régulièrement et je la laisse ouverte : les salades aiment la fraîcheur et une terre confortablement humide, sinon c’est la montée à graine rapide. Très bientôt, je ménagerai quelques espaces où viendront s’insérer les tomates.

Lire la suite →

26 mars 2017
de Isabelle - Pensons Sauvage
3 commentaires

Des patates sous la paille, on en met partout !

Nos bonnes vieilles patates confectionnent aussi des petites fleurs tout à fait charmantes

Nous ne faisons pas des quantités industrielles de pommes de terre, d’abord parce que notre maraîchère de cœur en vend d’excellentes et pas chères, mais aussi parce qu’il faudrait beaucoup de place, que nous n’avons pas. Par contre, pour le plaisir des patates du jardin, nous en mettons partout. Dans les recoins, les interstices et même entre les carrés. Avec un système garanti zéro fatigue mais haute productivité : directement sur la terre et sous la paille.

Cette méthode serait originaire d’Amérique du Sud. J’ai vu des gens la pratiquer simplement sur l’herbe, sans aucune préparation… ça marcherait très bien, d’après eux – ce qui est fort possible. C’est d’ailleurs, disent-ils, une excellente manière d’ouvrir de nouvelles planches à la culture : l’année suivante la terre en sera bien ameublie. La seule chose à prévoir c’est une bonne quantité de paillis ou de mulch, plus du compost… ou pas. Il améliore sans doute le rendement mais n’est pas indispensable. Reste qu’il peut être un peu compliqué de faire un champ de patates entier avec ce système.  On dit aussi qu’elles sont plus sensibles aux mulots, je poserai la question à mes chats. Eh oui, Minouche est un bon auxiliaire au potager quand il ne prend pas vos planches pour un bac à litière de luxe (poser un filet sur les surfaces à protéger suffit à faire cesser ses activités subversives ^^).

Lire la suite →

21 mars 2017
de Isabelle - Pensons Sauvage
0 Commentaires

La généreuse simplicité du topinambour

ou les trois petites épluchures qui n’en firent qu’à leur tête.

Internet est plein d’excellents sites qui vous donneront les détails de culture de chaque espèce végétale. J’en ai mis en lien dans la colonne de droite mais vous pourrez en trouver beaucoup d’autres. Pour ne pas refaire ce qui existe déjà, je préfère pour ma part raconter de petites histoires au potager, à travers lesquelles il est possible d’apprendre à connaître un légume, sa manière de se comporter, à quoi s’attendre. C’est une démarche complémentaire qui peut éviter pas mal d’incertitudes – et c’est ce que j’aurais aimé lire lorsque je contemplais telle ou telle nouvelle culture en me demandant comment les choses allaient tourner.

Mon meilleur souvenir gastronomique remonte à deux ans : il s’agissait d’un plat de pommes de terres et topinambours émincés, poêlés en compagnie de bolets du jardin et de rondelles d’oignons dorées, dans une sauce légère à la crème fraîche. La fine saveur d’artichaut du topinambour s’associait à merveille au goût plus franc de la patate, avec un amusant suspens à chaque bouchée puisque les deux ingrédients, une fois coupés en tranches et cuisinés, ont un aspect quasi identique.

Ces topinambours-là venaient du marché fermier et comme je ne pensais pas encore vraiment à en cultiver, j’ai tranquillement jeté les épluchures au compost. Puis l’hiver est passé là-dessus.

Lire la suite →

13 mars 2017
de Isabelle - Pensons Sauvage
0 Commentaires

Les eaux de mars : le trésor tombé du ciel

Depuis des décennies, les dames et les messieurs de la météo vous annoncent chaque jour le temps qu’il fera demain : beau ou mauvais. Et mauvais, vous le savez, ça veut dire : pluie. Faut-il que l’habitant des villes soit coupé de la nature – et des agriculteurs – pour assimiler l’eau qui nous arrive du ciel, cette richesse inouïe de nos régions tempérées… à un problème ? Si cela tombe un samedi ou un dimanche, il n’ira probablement pas se promener à la campagne et ainsi n’aura peut-être jamais l’occasion de découvrir ce que la nature est vraiment. Et à quel point elle semble exhaler un parfum de réjouissance dès qu’elle est baignée par l’averse.

La succession écologique classique voudrait que nos bouleaux soient remplacés par des chênes, mais ce sont des palmiers que nous voyons apparaître un peu partout dans le jardin ces derniers temps.

Lire la suite →

3 mars 2017
de Isabelle - Pensons Sauvage
0 Commentaires

Tomates : lumière sur les semis !

J’aime bien me dire que je sème les tomates à partir du 29 février – question de mnémotechnie – et donc en cet An de grâce 2017,  je m’y suis mise à partir du 2 mars. Je dois dire que pour une fin d’hiver il faisait déjà rudement chaud et tout appelait à s’installer au soleil pour bricoler quelque chose. Pas trop rassurant mais agréable, pour l’instant.

Quelques trous au fond et c’est bon !

Je me suis donc attelée à mon premier semis de la saison, j’en ferai d’autres au cours du mois.

L’année dernière, j’avais utilisé la méthode de Pascal Poot, le grand mogol de la tomate sans eau, qui éparpille ses graines dans de longues jardinières. Les petites tomates démarrent dans une profusion de terre et ça marche effectivement très bien.

Seulement, j’en fais beaucoup moins que lui, j’avais donc créé des zones pour chaque variété… que j’ai rapidement perdues de vue malgré mes précautions. Du coup je n’ai jamais su d’ou venait une intéressante mutation naturelle, une petite tomate cocktail très productive et vraiment bonne – que je n’ai jamais semée. Bon, je l’ai nommée la From Nowhere (de nulle part) et je la ressèmerai cette année pour voir ce qu’elle donne. Une tomate qui n’existe pas, c’est toujours amusant.

Lire la suite →

23 février 2017
de Isabelle - Pensons Sauvage
0 Commentaires

Supermarchés, masochisme et poches trouées

ou Vous êtes plus riche que vous ne le croyez

Cultiver son alimentation soi-même, c’est fabuleux et c’est d’ailleurs l’objet central de ce blog. Mais nul être humain n’est une île. Manger ce que les autres font pousser, aller les rencontrer, bavarder à cette occasion, c’est bien agréable aussi.

Bref, quand elle ne vient pas de mon potager, j’achète mon alimentation à des producteurs locaux avec de bonne pratiques, sur un marché paysan aux prix plus que raisonnables. Puis je passe rapidement au supermarché me fournir en huile, sel, farine, café, etc, le tout en bio puisque j’ai fait des économies sur le reste.

Vous ne regardez plus jamais vos frites-salade de la même manière

Et là, il m’arrive régulièrement d’être étonnée lorsque je vois passer à la caisse des caddies débordants, remplis d’emballages colorés et que j’entends la caissière énoncer des prix qui frôlent celui du dernier smartphone trop tendance. Là-dedans, il semble y en avoir pour une semaine, mais ces braves gens – qui par ailleurs ont l’air souvent accablés par la facture qu’on leur annonce – dépensent manifestement cinq fois plus que raisonnable pour se nourrir.

Lire la suite →

19 février 2017
de Isabelle - Pensons Sauvage
0 Commentaires

La joyeuse multiplication naturelle des salades

Lorsqu’on démarre un potager, les salades sont souvent la première culture envisagée et la source des premières déconvenues. On s’offre quelques jolis pieds de laitue en jardinerie, sans réaliser que leur aspect fragile et leurs longues feuilles vert fluo sont probablement le signe d’un engraissement artificiel qui les fragilise.

Un rêve de salade, la batavia Pasquier, semence du domaine public

On les repique ensuite dans une terre qui n’a pas encore eu le temps de s’améliorer – car la plupart du temps on ne soupçonne pas la seconde difficulté qui attend les potagistes en devenir : une bonne terre de potager ça prend un peu de temps à s’installer. D’après certaines sources, 18 mois au moins sous un mulch permanent. Et elle ne fera que s’enrichir, s’agrader, avec le temps.

Bref, un travail plein d’amour mais qui envoie un signal éclatant aux nettoyeuses attitrées de tous les jeunes végétaux qui ne fonctionnent pas sainement, j’ai nommé : nos copines les limaces. Le problème est le même avec les semis en place : de ces minuscules bébés issus de semences importées artificiellement dans votre environnement, donc dépaysées, elles ne font qu’une bouchée.

Et après la dévastation on se pose la question de ses pouces verts, de la lune, des promesses de certains conseilleurs… et que sais-je encore. Lire la suite →